Merci à Jacques TORRES et son site sur Orléansville http://orleansville.free.fr/

Photos aimablement communiquées par Régis GUILLEM et tirées du site http://bibliphotos.1962lexode.fr/

Le 20 novembre 325, sous le règne de l’empereur byzantin Constantin le Grand, une basilique à 5 nefs est construite, entièrement pavée de mosaïques.

En 456, année de sa mort, elle est dédiée à l’évêque Réparatus.

Sur son sol a été tracé le plus ancien labyrinthe tracé sur le sol d’une église.

Le 16 mai 1843, le général Bugeaud (il sera maréchal en juillet) fonde une ville près des ruines de la colonie romaine de Castellum Tingitanum, au lieu-dit El-Asnam (les idoles), à 140 m d’altitude sur la rive gauche du Chélif, à mi-chemin entre Alger (200 km au sud-ouest d’Alger) et Oran : elle s’appellera Orléansville du nom de Ferdinand duc d’Orléans, fils du roi de France, tué dans un accident de voiture sur la route de Paris à Neuilly sur Seine le 13 juillet 1842.

duc orléans 1842

Le décret du 31 décembre 1856 crée la commune de plein d’exercice.

Elle ne s’est développée que lentement, son climat étant un des plus chauds de l’Algérie en été où il atteint des maxima de 52°C … à l’ombre !

Au recensement de 1946, Orléansville compte 32 257  habitants.

Le 9 septembre 1954, à 01h07 du matin, un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle ouverte de Richter dont l’épicentre se situe à Orléansville même, dure 12 secondes.

Il entraîne la destruction à 90% de la ville, la mort d’environ 1 500 personnes et fait plus de 14 000 blessés et 300 000 sinistrés !

Des photos de propagande FLN voudront faire croire qu’il s’agit là des résultats des bombardements de l’aviation française !

Allocution radiodiffusée du Président du Conseil Pierre Mendès-France du samedi 11 septembre 1954 : « Je voudrais que notre pensée se tourne d’abord, ce soir, vers les victimes du cataclysme d’Orléansville. Aux Algériens qui m’écoutent, je voudrais affirmer la sympathie profonde et émue de la France entière ; et, aux autres Français, dire que cette sympathie nous devons la traduire en une solidarité généreuse et active. Le gouvernement, pour sa part, ne négligera rien pour secourir d’abord, soutenir et aider ensuite, les victimes d’Orléansville, des villages et des douars environnants. »

Une réplique est enregistrée 1 semaine après la première, le 16 septembre 1954.

La ville sera reconstruite en 1958.

En 1964, 2 ans après l’indépendance, la ville reprend le nom d’El-Asnam

Le 10 octobre 1980, un nouveau tremblement de terre détruit la ville à 80%.

En 1981, elle prend le nom de Chlef.

Dégâts matériels …

Orleansville 5

Orleansville 6

Orleansville 7

Orleansville 13

Orleansville 14

Orleansville 24

Orleansville 32

Orleansville 33

Orleansville 35

Orleansville 38

Orleansville 39

Orleansville 49

Orleansville 51

Orleansville 52

… dégâts humains …

bébé Orléansville

petite fille Orléansville

cercueil 1

cercueil 2

cercueil 3

cercueil 4

cercueil 5

 

On manque de sang

Orleansville 31 bis

 

Le ministre de l’Intérieur François Mitterrand fait le déplacement

Mitterrand Orléansville 1954

 

On imprime des timbres surtaxés au bénéfice des victimes

timbre Orléansville

timbre Orléansville 2