Des 690 évêchés qui existaient du temps des Romains, depuis Tingis jusqu'à Tripoli, il n'en reste plus que 217 à l'époque de Bélisaire (vers 530), 30%.

En 256, au synode de Carthage, on note la présence de plusieurs évêques de Numidie.

En 1068, on retrouve la trace de communautés chrétiennes à Tlemcen, El Cala, Bône …

A partir de 1150, seuls les marchands et les captifs chrétiens auront encore droit de cité.

5 siècles plus tard, les lazaristes obtiendront à nouveau ce droit mais connaîtront à leur tour la persécution.

En 1622, un corsaire renégat Picinini fait édifier à Alger une mosquée

En février 1713 … Il existe à Alger 6 églises chrétiennes : la demeure du vicaire apostolique, l'hôpital des Pères Trinitaires déchaussés … et 4 bagnes !

En 1830, dès la conquête d’Alger, René Savary, duc de Rovigo, ancien policier de l’Empire, successeur de Fouché … vint accompagner le maréchal comte de Bourmont, en Algérie.

Chargé de mission par le gouvernement du roi Charles X, Savary rassembla les Ulémas, les Sages religieux, et le Grand Muphti, afin de leur demander une mosquée de leur choix pour y établir le culte catholique et en faire une église.

Après consultation des Ulémas, le Muphti s’écria en leur nom : « Dieu soit loué ! Dieu soit béni ! Que l’Afrique se réjouisse ! On n’accusera plus maintenant les Français de ne pas croire en Dieu ! Prenez celle de nos mosquées qui vous conviendra le mieux. Elle changera de culte sans changer de maître ; car le Dieu des chrétiens est aussi le nôtre. Et nous ne différons que dans la manière de l’adorer. »

C’est ainsi que naquirent la cathédrale d’Alger et le palais archiépiscopal des prélats.

Après la prise de Constantine, en octobre 1837, la mosquée du bey fut transformée en église et vouée au culte catholique.

Le 21 mars 1841, l'évêque d'Alger consacre à Dely Ibrahim la première église catholique édifiée en Algérie depuis la prise d'Alger par la France (11 ans auparavant).

Entre 1841 et 1849, à Sétif, on construit une église et une mosquée.

« A l’épopée du régime maçonnique, le clergé algérien a subi une véritable interdiction de faire du prosélytisme en milieu musulman. Un préfet fit un jour fermer, sous menace de prison, les œuvres sociales indigènes d’un curé du bled trop ardent. Réduits à leurs seules forces, les évêques d’Algérie n’ont jamais pu fournir assez de prêtres pour les chrétiens de leur diocèse, à plus forte raison pour les musulmans. La France maçonnique s’est opposée aux tentatives, plus ou moins heureuses, de conversion chez les Kabyles. » in Pied-Noir mon frère de Jean Loiseau (1963)

Fin avril 1850 sur un éperon rocheux situé 400 m au-dessus d’Oran, la chapelle Notre-Dame du Salut est édifiée …

En 1858, sur une colline qui surplombe Bab el Oued (Alger) et la mer est construite la basilique de Notre Dame d'Afrique qui abritera une vierge noire. Derrière l'autel est inscrit : «Notre Dame d'Afrique priez pour nous et pour les Musulmans».

http://manifpn2012.canalblog.com/archives/2012/12/07/25768493.html

Notre Dame d'Afrique

                       

 

En 1868, à El Harrach, le cardinal Lavigerie fonde les Pères blancs (ou missionnaires d’Afrique). Ceux-ci doivent « se faire africains avec les Africains », parler l’arabe, porter djellaba, burnous blanc et chechia rouge …

« Les sœurs blanches de Notre-Dame d’Afrique » … défrichent les champs, initient les femmes musulmanes aux travaux ménagers et ruraux …

En 1873 une statue de la vierge vient couronner la chapelle de Notre Dame du Salut (cf 1850) qui devient Notre-Dame de Santa-Cruz

 

Notre Dame Santa Cruz

En 1962, à Constantine, il y a 30 lieux de culte répartis comme suit :

12 mosquées (40%), 11 synagogues (36.7%), 5 églises catholiques (16.7%) et 2 temples protestants (6.7%)

« En octobre 1962, il restait au Séminaire 13 professeurs et moins de 10 élèves. Au petit séminaire de Saint-Eugène (dont l’effectif moyen était de 130 élèves), il n’y avait à la rentrée que 20 élèves et 5 professeurs. » in Pied-Noir mon frère de Jean Loiseau (1963)

Le 1er novembre 1962, les deux grandes croix des tours de l’ex-cathédrale d’Alger, devenue la mosquée Ketchaoua, sont déplacées par les pompiers de la ville.

Le 25 janvier 1963, dans la Semaine Religieuse du Diocèse de Lyon, « à vendre » le grand orgue et les cloches de la cathédrale de Constantine, redevenue mosquée.

Lors des discussions du budget d’équipement (1963) un député a déposé un amendement réclamant 2 milliards pour construire des mosquées … Ben Bella a simplement dit : « Le gouvernement est contre. »

Mais ça c’était avant ?