Les Vandales (429-545) exécutèrent de grands travaux hydrauliques, soit pour l'arrosement des terres, soit pour la culture de leurs jardins.

L’on compte à présent (1648) plus de cent fontaines dans la ville d’Alger, depuis 25 ans seulement, au lieu qu’autrefois il n’y avait que des citernes. Un maurisque nommé maître Mousse, de ceux qui furent chassés d’Espagne, en l’an 1610 et 1611, les y a faites, par le moyen d’un aqueduc, qui vient de 2 lieues hors de la ville cet ouvrage a coûté beaucoup de sueur et de peine aux pauvres Chrétiens captifs …

Margueritte, sitôt dans la place (Laghouat 1855) … dota la région d’une centaine de puits artésiens  et d’une vingtaine de norias, de 11 barrages …

Perrégaux doit son étonnante fertilité au barrage de l’Habra construit par les Français (de 1865 à 1871) à 11 km de la ville ; ouvrage aux proportions gigantesques qui contient 36 millions de m3 d’eau répandant la vie sur une étendue de 28 000 hectares

 

barrage

… les seuls grands barrages existant dominent un ensemble de périmètre de plus de 150 000 hectares

En 1950, le m3 d'eau vaut 5 francs en métropole et de 12 à 24 francs à Oran

L’énergie coûte de 30 à 40% de plus qu’en métropole.

De 1946 à 1959, la longueur des lignes à haute et moyenne tension est passée de 16 300 km à 21 800 km.

Il existe 31 centrales hydro-électriques en 1962

59 barrages hydrauliques en 2007,  72 en 2009

7 grands barrages ont été réceptionnés en 2010, portant leur nombre à 65 à travers le pays

Selon le ministre des Ressources en eau, Monsieur Attar, une cinquantaine de barrages devraient être mis en construction d'ici à 2020.

bibliographie : enquête administrative sur les travaux hydrauliques anciens en Algérie (1902) de Stéphane Gsell