Le 22 juin 1940, l’armistice est signé. Il entre en vigueur le 25.

armistice_1940

Mais certains cadres de l’Armée s’organisent : le général Alphonse Juin (PN de Bône), chef des Services spéciaux,

marechal_juin

http://manifpn2012.canalblog.com/archives/2011/12/18/22995532.html

et le colonel Rivet réorganisent les services en vue d’une "activité camouflée". Des officiers, des sous-officiers, dans les unités, mais surtout dans les matériels, camouflent des armes.

Le général Weygand, ministre de la Défense nationale, et le général Colson, secrétaire d’État à la Guerre pendant les deux mois qui suivent l’Armistice, donnent leur appui à ces réactions …

Dès l’été 1940, les bases d’une armée clandestine sont jetées.

Le 31 janvier 1943, sous l’impulsion des généraux Frère (celui-là même qui présidait le tribunal qui a condamné de Gaulle à mort le 2 août 1940, Grand Croix de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre 1914-1918 (8 citations), Croix de Guerre 1939-1945 (2 citations)) et de Verneau, la résistance militaire trouve une large assiette et voit la création de l’Organisation de Résistance de l’Armée ou ORA.

L’encadrement en est, pour la plus grande part, assuré par la réserve. Les généraux de Verneau et Cogny s’en occupent.

général Cogny-Rene

L’année 1943 voit l’arrestation par la gestapo du général frère qui meurt un an plus tard au camp du Struthof.

En 1956, on retrouve le général Cogny dans … l’ORAF, précurseur de l’OAS.

 http://manifpn2012.canalblog.com/archives/2011/07/19/21638956.html