Extrait d’une brochure de 1948

Du paquebot qui l’amène à Alger, le voyageur aperçoit à l’ouest de la ville une église surmontée d’une statue dorée que font étinceler les rayons du soleil : c’est la basilique de Notre-Dame d’Afrique, lieu de pèlerinage des plus fréquentés.

… Le 5 mai 1840, passant à Lyon, Mgr Dupuch, 1er évêque d’Alger, s’était arrêté chez les dames du Sacré-Cœur … où il vit une vierge en bronze que les élèves du pensionnat lui offraient pour qu’elle fût placée au sommet de la cathédrale d’Alger. … celle-ci n’était pas encore terminée … la statue fut déposée sur la terrasse de l’évêché, puis transportée à la Trappe de Staouëli … Les religieux la placèrent sur la porte de leur monastère en 1843 …

Monsieur l’abbé Pavy, vicaire à Lyon … dirigeait dans les voies du Seigneur deux pauvres ouvrières … Marguerite Berger et Anna Cinquin … L’abbé Pavy était appelé au siège épiscopal d’Alger … il projeta la fondation d’un séminaire et en confia l’infirmerie à l’une, la lingerie à la seconde … quand les premiers séminaristes s’installèrent dans l’ancien consulat de France, à Fahs Zghara, au-dessus de Saint-Eugène, le 24 novembre 1846 …

Une lettre de Lyon de 1855 vint instruire Mgr Pavy de l’origine de la statue …

… le Ravin … Marguerite y plaça, dans le tronc d’un olivier, la statue de la Vierge … La vallée des Consuls se termine du côté d’Alger par une sorte de promontoire qui domine de 124 mètres presque perpendiculairement la haute mer et le vaste horizon clos par les cimes du Djurdjura. Au sud, le plateau s’incline en pente douce vers la ville … Une église, établie là, dominerait la cité et, à travers les espaces infinis, ferait face à Notre-Dame de la Garde, enveloppant ainsi la mer de la protection de Marie … Le terrain coûta 10 000 francs ! … L’architecte Fromageau dressa les plans, mais, en attendant … on construisit une chapelle provisoire, afin d’inaugurer là le culte de marie (2 juillet 1857).

Le 20 septembre 1857 … la chapelle provisoire étant achevée, on installa, sur un piédestal de marbre, la statue de la Vierge … Marguerite devint la sacristine de la chapelle …

Le 2 février 1858, on commença les fondations. Le 25 mai suivant, la maçonnerie était à fleur de sol. Des pierres de taille, tirées des carrières de Kouba, formèrent les premières assises …

Une cloche et une croix, ramenées de Sébastopol, et offertes par le maréchal Pélissier, furent placées …

Le 31 mai 1866, on plaça une grande croix haute de 5 mètres … Mgr Pavie décède le 26 novembre 1866 : il est inhumé dans le chœur de la basilique …

En septembre 1867, Mgr Lavigerie, assailli dans la traversée de Marseille à Alger par une tempête aux approches des Baléares, se voua, avec le commandant et ses passagers, à Notre-Dame d’Afrique … tout le monde fut sauvé … Mgr Lavigerie institua une absoute pour les naufragés le dimanche après les Vêpres …

En juin 1868, Mgr Lavigerie y fonde la Société des Missionnaires d’Afrique, plus connus sous le nom de Pères Blancs.

… le 4 mai 1873 … l’archevêque d’Alger, les évêques de Constantine et d’Oran, les pères abbés d’Aiguebelle et de Staouëli … la procession se dirigea vers la chapelle provisoire pour y prendre la statue … portée par 12 vigoureux marins tout habillés de blanc … L’archevêque entonna l’Ave Maris Stella … la statue fut déposée sur son sanctuaire …

Pie IX agréa la requête de l’archevêque de couronner la statue et la cérémonie fut fixée au 30 avril 1876 … A dater de ce jour, l’église de Notre-Dame d’Afrique prit le titre de Basilique. Depuis, les pèlerinages n’ont cessé de s’intensifier. Des milliers d’ex-voto couvrent les murs et les fidèles y affluent de toutes parts … des malades venant implorer leur guérison … des marins … et jusqu’à des musulmans et des musulmanes adressant des invocations à Lalla Meriam.

La consécration de l’édifice fut fixée au 2 juillet 1877 par Mgr Lavigerie qui reçut deux épées de combat que deux veuves de deux généraux illustres (le maréchal Pélissier et le général Yusuf) faisaient déposer sous la statue de Marie … Plus tard, la canne du général Lamoricière fut, à son tour, placée sur le pilastre, à droite de l’autel. … Sur le pilastre de gauche, dans un cadre, une petite médaille miraculeuse de la Vierge que le maréchal Bugeaud porta à son cou, pendant tout le temps des guerres africaines.

En 1917, on plaça une ancre lumineuse rappelant au marin croisant au large le souvenir de Celle qu’on nomme l’étoile de la mer.

Le 25 mars 1930, une tribune fut édifiée pour recevoir les grandes orgues (sur lesquelles avait joué Saint-Saëns

http://manifpn2012.canalblog.com/archives/2011/07/17/21621404.html)

que le sieur Georges, habitant Alger, offrit à Mgr Leynaud pour la Basilique.

… les étrangers de passage à Alger ne quittent pas la ville sans monter à Notre-Dame d’Afrique … attirés par le merveilleux panorama dont on jouit de l’esplanade … aussi pour la cérémonie unique qui s’y déroule chaque dimanche après les Vêpres : l’absoute sur la mer, pour les malheureux naufragés.         

En entrant dans la Basilique, on aperçoit au fond de l’abside une inscription : « Notre-Dame d’Afrique priez pour nous et pour les Musulmans. »

Après une longue période d'abandon, la basilique très dégradée par les vents marins et les tremblements de terre, surtout celui de 2003, est entrée dans une phase de restauration, supervisée par Xavier David, architecte marseillais qui a mené celle de Notre-Dame de la Garde. Le projet de restauration est véritablement entré dans une phase active en novembre 2006 avec le bouclage de son financement. Il fait intervenir plusieurs acteurs : 3 collectivités locales françaises, la région PACA, le département des Bouches-du-Rhône et la ville de Marseille (440 000 € chacune) abondées à parités par l'État français, l’Union Européenne (1 million d'euros), la wilaya d’Alger (600 000 €). L'État algérien ainsi que des entreprises nationales algériennes et des filiales d'entreprises françaises en Algérie ont aussi participé à ce montage. Les travaux de restauration sont confiés à une entreprise française qui s'est associée des compétences algériennes. Un chantier école, en participant activement au chantier, permet à de jeunes professionnels issus de la Casbah de se former aux métiers de la taille de pierre et de la maçonnerie sur patrimoine ancien. La première tranche des travaux s'est terminée en septembre 2008 et la seconde est engagée depuis cette date pour s'achever au cours de l'été 2010 …

La basilique a été inaugurée le 13 décembre 2010 et le coût des travaux (qui ont duré plus de 4 ans) aura été supérieur à 5 millions d’euros.