Petite localité située à 25 km de Batna, autrefois Lamagigga habitée bien avant les Romains.

Malgré la soumission du cheikh Mohammed Ben Bouaziz en 1837, il y eût, pendant 40 ans environ beaucoup de soulèvements, de fermes pillées, de colons égorgés, de villages détruits.

Le village, alors appelé Sériana, fut dénommé Pasteur en novembre 1893 par décision du gouverneur général, Jules Cambon.

(Louis Pasteur 1822-1895 célèbre chimiste et physicien, pionnier de la microbiologie).

Le village s’était accru, dans les années 1890, de Français venant du Vaucluse, de la Drôme, de l’Isère …

En 1894, Stéphane Gsell (voir mon article

http://manifpn2012.canalblog.com/archives/2012/07/23/24762850.html 

publie chez Adolphe Jourdan « Pasteur un village en Algérie » : « Vingt-neuf colons ont formé un syndicat ; chacun d’eux dispose tous les quatorze jours et demi, soit de midi à minuit, soit de minuit à midi, des eaux de l’oued Kétami. Les détails de ce règlement rappellent d’une manière bien curieuse un document que nos braves gens ignoraient tous. » et Gsell résume ici l’inscription de Lamasba, trouvée dans la même région, qui est un règlement d’irrigation remontant au règne d’Elagabal.

Dans le Journal d’Alger du 16 novembre 1954, on peut lire : « Pasteur repousse un furieux assaut rebelle. »

Aucune archive sur le site des ANOM