Le 31 octobre 2010, je vous donnais un article chronologique de l’activisme en Algérie française.

 

Voici un petit lexique (non exhaustif) des différents mouvements (29) avec leur date de naissance, leur(s) fondateur(s)

 

Dans de prochains articles, nous verrons plus en détail les principaux de ces mouvements : F. A. F., M. P. 13, O. R. A. F., U. F. N. A.

 

« Armée-Nation » à partir de janvier 1959, ce petit groupe intégriste clandestin se manifeste : il aurait compté une cinquantaine d’officiers à Paris et des correspondants en métropole, notamment à Lyon, et en Algérie.

 

« Association Générale des Étudiants (Européens) d'Algérie » A. G. E. A., en 1957, Pierre Lagaillarde, avocat et sous-lieutenant parachutiste, en devient président

.

« Association Générale des Elèves des Lycées et Collèges d’Algérie » A. G. E. L. C. A. créée en décembre 1957 par Jacques Roseau pour seconder l’AGEA décapitée par la décision de résiliation des sursis prise par Lacoste. (14 mai et 28 juin 1956)

 

« Comité d’Entente des Mouvements Nationaux » C. E. M. N.

Le 13 novembre 1959, Ortiz veut reproduire à Alger ce qu’il a « inspiré » à Oran : il lui faudra 1 mois pour réunir dans un comité d’entente « son » FNF, le MP13, le MPIOC, Démocratie Chrétienne (Lopinto et Lagaillarde), le RAF (Babeau, Fourrier, Me Baille), l’AGE (Susini et Maréchal) …

Le 21 janvier 1960, réunion du Comité d’Entente des Mouvements Nationaux : la manifestation est prévue pour le dimanche 24 et des tracts appellent la population à y participer.

 

« Comité de la Résistance -ou Renaissance- Française » C. R. F. créé par Crespin, adjoint de Martel, aux lendemains du 6 février 1956

 

« Conseil National de la Résistance-Algérie Française » C. N. R. - A. F.

créé le 20 mai 1962, à Rome, par Georges Bidault (député), Jacques Soustelle (ancien ministre de l’Information de de Gaulle en 1958, conseiller municipal de Lyon), le colonel Argoud et le capitaine Sergent : Georges Bidault en est le président ; le CNR-AF est financé par d’importants industriels et banquiers. Bastien-Thiry y adhère peu après.

 

« Etudiants Nationalistes »

 

 « Front Algérie Française » F. A. F. né le 16 juin 1960 à Alger suite à une réunion entre ex-FNF et ex-UNR, sur l'initiative d’hommes restés jusque là en retrait …

 

« Front National Français » F. N. F. fondé le 11 novembre 1958 par Ortiz

 

Les deux précédents ne doivent pas être confondus avec le mouvement métropolitain

« Front National pour l’Algérie Française » F. N. A. F. 146 rue Montmartre à Paris, dissout le 23 décembre 1960

 

ni avec le

« Front Nationaliste-OAS » F. N. OAS

Le 11 août 1961, une note de Gardes annonce l’arrivée dans les rangs de l’OAS du capitaine Le Pivain, Breton d’origine, membre de la Cité catholique, fils d’un amiral. Il opérera la fusion des réseaux « Jeune Nation » et « France Résurrection » à l’OAS sous ce vocable FN-OAS.

 

« France Résurrection » F. R. début 1961 René Villard

 

« Ici la France » (métropole)

 

« Jeune Nation » créée en 1949 par les frères Sidos (Pierre, Jacques et François) emblème croix celtique (que reprendra l’OAS). responsable à Bône docteur Thevenot.

Le 15 mai 1958, Jeune Nation est dissout

 

« Jeunesse Française » créée le 18 mai 1958

 

« Légions Nationalistes »

 

« Mouvement Algérien Secret des Ultras » M. A. S. U.  automne 1956

 

« Mouvement pour l’Instauration d’un Ordre Corporatif » M. I. O. C. fondé en août 1958 par le Dr Lefèvre

 

« Mouvement Populaire du 13 mai » MP13, fondé en juin 1958 par le général Chassin, le Dr Martin, Gignac.

 

« Mouvement Universitaire Pour le Maintien de la Souveraineté Française en Algérie » (MUPMSFA)

 

« Organisation de la Résistance de l’Algérie Française » O. R. A. F., parfois dénommée Organisation de la Résistance de l’Afrique Française ou Organisation pour le Renouveau de l’Algérie Française, créée en 1956 par le Dr Kovacs

 

« Parti Nationaliste » P. N. ? Le 7 octobre 1958, Pierre Sidos (Jeune Nation) reforme sous ce nom le mouvement Jeune Nation dissout le 15 mai 1958 dont il reprend la croix celtique.

Le 13 février 1959, après de violentes manifestations à Alger, le Parti Nationaliste est dissout.

 

« Rassemblement pour l’Algérie Française » R. A. F. créé le 19 septembre 1958 par Biaggi, Georges Bidault, Roger Duchet et Pascal Arrighi (Soustelle, Delbecque, Lacoste ?) 

 

« Rassemblement des Français d’Algérie » R. F. A. créé en 1955, un peu avant l’UFNA, présidé par le bâtonnier Perriguey, il réunit quelques avocats (dont Me Baille) et médecins.

 

« Résistants Clandestins Français » R. C. F. automne 1956

 

« Union Française Nord-Africaine » U. F. N. A. créée le 25 août 1955 président M. Boyer-Banse, secrétaire général Reygasse, secrétaire à la propagande (puis secrétaire général au départ de Reygasse) Martel ; secrétaire administratif (puis délégué de l’Ouest) Roland Christin, ami de Martel ; trésorier M. Bedon, maire d’une localité voisine de Koléa 

 

« Union pour le Salut et le Renouveau de l’Algérie Française » U. S. R. A. F. créée en 1956 par Jacques Soustelle, gouverneur général de l’Algérie

Le 26 avril 1958, Delbecque, chef de cabinet du ministre de la défense nationale Chaban-Delmas, et membre de l’USRAF, organise à Alger une manifestation, encadrée par des hommes du DPU. Martel (UFNA) rassemble 50 000 personnes, Lagaillarde (AGEA) 2 000 étudiants.

Au cours du mois de mai 1958, de nombreux membres du comité directeur de l’USRAF vont se retrouver à Alger : Soustelle, Picard, Dumont … 

 

« Vigilance Africaine » VIGILAF lancée par un certain Tibère

« Il fut impossible à Robert (Martel) de connaître les origines exactes de ce mouvement …

un responsable de ce groupe, l’antiquaire Tallemant le colonel Siben avait ses entrées chez les royalistes colonel Jamilloux  »

Ce dernier est délégué à l’Assemblée Algérienne et maire de Maison-Carrée

 

« Volontés Oranaises » crées en juillet 1955 à Oran