(Cet article a été écrit en grande partie à partir de l’ouvrage « Bastien-Thiry vérité » de Geneviève Jean Bastien-Thiry au Cercle Jean Bastien-Thiry 1988 et du site du Cercle Bastien-Thiry)

Jean Marie Bastien-Thiry est né le 10 octobre 1927 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), aîné de 7 enfants

Deux ancêtres généraux d’Empire dont Nicolas Marin Thiry (1770-1827) général baron d’Empire, maréchal de camp et chevalier de Saint-Louis sous la Restauration

Un autre ancêtre Claude Ambroise Régnier duc de Massa (1746-1814) ministre de la Justice au début du Ier Empire

Petit-fils d’un capitaine

Neveu et filleul du général d’Armée Massiet, qui a commandé en chef au Levant en 1940, où il succède au général Weygand

Père polytechnicien et officier (lieutenant-colonel dans l’artillerie à sa retraite en 1946) puis professeur à l’Ecole des Mines de Nancy et à la Faculté des Sciences

En mars 1930, sa mère décède alors qu’il n’avait pas 2 ans ½

Etudes secondaires dans une institution libre à Lunéville, durant lesquelles il est scout catholique

En juin 1944, il est double bachelier (mathématiques élémentaires et philosophie) avec mention à 16 ans ; lors du bombardement de Lunéville il se porte volontaire pour être secouriste

2 années de Maths Spé à l’école Sainte-Geneviève de Versailles

En 1947, il entre à Polytechnique, il est chef de la troupe scoute de l’Assistance publique

2 ans à l’Ecole Nationale Supérieure d’Aéronautique, où il est aussi professeur bénévole pour apprendre la physique en cours du soir à des jeunes préparant le baccalauréat après leur travail

Le 28 août 1952, il obtient son brevet de pilote

Affecté au Centre d’Essais en Vol de Brétigny, puis à celui de Colomb-Béchar où il reste 2 ans, spécialiste des engins téléguidés air-air

En 1953 il est capitaine

En 1954, affecté au service technique Aéronautique, il se marie avec Mademoiselle Geneviève Lamirand, née à Nancy, fille du général Georges Lamirand, secrétaire à la jeunesse du gouvernement de Vichy de septembre 1940 à mars 1943 mais dont la famille a choisi la France libre

Il conçoit le missile sol-sol Nord Aviation SS10 utilisé par l’Armée française de 1955 à 1962, également en service dans les armées américaine et israélienne (en 1956 à Suez)

Il a 3 filles : Hélène née en 1955, Odile en 1957 et Agnès en 1960

En 1957 il est commandant, ingénieur militaire principal de l’air 

Légion d’Honneur au titre du personnel navigant, pour services aériens

Le 8 septembre 1961, il organise l’attentat de Pont-sur-Seine contre le général de Gaulle : une charge explosive endommage la voiture.

En janvier 1962 il est lieutenant-colonel

Début mai 1962 il se met à la disposition du CNR

En juin 1962 il fait la connaissance de Bougrenet de la Tocnaye

Le 22 août 1962, il organise l’attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle.

Le 17 septembre 1962, il est arrêté à son retour d’une mission scientifique en Grande-Bretagne

Le 28 janvier 1963, procès au fort de Vincennes

« Celui-là, aurait confié de Gaulle à un Compagnon de la Libération en parlant de Bastien-Thiry, ils pourront en faire un martyr, s’ils le veulent, lorsque j’aurai disparu. Il le mérite. »

Le 4 mars 1963, Bastien-Thiry est condamné à mort.

Le 11 mars 1963, il est fusillé (le dernier en France)

D’abord inhumé au cimetière de Thiais (Paris), il est transféré au cimetière de Bourg-la-Reine le samedi saint 13 avril 1963