Il était une fois l’Algérie française, un pays perdu plein de sales colons qui faisaient suer le burnous :

-          Un jeune instituteur de 19 ans qui s’efforçait d’apprendre à lire et à écrire à ses petits élèves tous musulmans … et à leurs pères …

-          L’oncle du premier, jeune appelé de 21 ans qui meurt en sautant sur une mine

-          Le père du premier, cheminot tourneur aux ateliers des chemins de fer, qui combattit les Allemands en 1942 et dont le père maçon d’origine espagnole eut la fâcheuse idée d’aller se faire tuer en Belgique par un Allemand, tout ça pour défendre la France en 1915 ...

-          Le grand-père du premier, cantonnier qui ramassait la merde des autres sales colons

-          La sœur du soldat mort en Belgique, petite domestique qui mourut à 15 ans

-          L’arrière-grand-mère du premier, mère de famille espagnole qui prodiguait sans ménagement ses dons de guérisseuse et dont le convoi funéraire fut suivi par tout le village

-          Un pêcheur italien (de Procida) vit dans son bateau ; puis il s’associe à un pêcheur espagnol (de Valence) ; puis tous deux, bien catholiques, partagent leur barque et leur pêche avec un musulman : quand la barque a grandi et qu’ils ont embauché on les a appelé patrons de barque, puis armateurs un bien grand mot

-          Un boulanger qui vendait le pain frais à d’autres sales colons et qui donnait le pain rassis aux pauvres, musulmans, juifs ou chrétiens

Tous ces sales colons ne demandaient qu'une chose : qu'on les laisse vivre en paix eux et leur famille !