L'histoire des chemins de fer d'Algérie commence le 8 avril 1857, avec un décret du gouvernement français qui autorise la construction de 1 357 km de chemins de fer dans la colonie d'Algérie.

Le premier chantier, démarré le 12 décembre 1859, porte sur la construction de la ligne Alger-Blida dans la Mitidja

Les travaux de construction sont également entrepris pour relier Oran à Saint-Denis du Sig ainsi qu'une liaison avec le port de Philippeville et avec Constantine, mais les problèmes financiers poussent la compagnie à en interrompre les travaux et à développer la ligne d'Alger, qui sera ouverte le 8 septembre 1862.

L'objectif des 1 357 km est atteint et même dépassé, avec des tronçons construits représentant 1365 km de voie et touchant presque toutes les villes importantes d'Algérie.

En 1876 roulent des trains de nuit.

Le 18 juillet 1879 une nouvelle campagne d'investissement est lancée à l'échelon national pour renforcer les lignes "d'intérêt général" avec comme objectif d'ajouter 1747 km au réseau existant. La construction de ces lignes dites "d'intérêt local" est laissée à la charge des investisseurs privés et des collectivités locales.

Dans les 30 ans qui suivirent, 2 035 km de ligne chemin de fer vont s'ajouter au réseau, constituant l'armature du futur réseau ferroviaire algérien.

Entre 1907 et 1946 une 3ème campagne d'investissement ajoute 1 614 km au réseau.

Au début de l'année 1925 on comptait 4724 km de chemins de fer auxquels il faut ajouter 127 km de tramways

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale le réseau ferroviaire algérien s'étend sur plus de 5 000 km.

Le 30 juin 1959 l'État français et l'OCFA signent une convention créant la Compagnie des Chemins de Fer Français en Algérie (CCFA) ...

... qui devient en 1963 la SNCFA (Société Nationale des Chemins de Fer Algériens)

Le 27 janvier 1982, le rapide de nuit reliant Alger à Oran déraille. On dénombre dans les 8 wagons où somnolaient 450 voyageurs 130 morts et 150 blessés.

Pour Daniel Junqa, in le Monde du 29 janvier "l'état déplorable dans lequel se trouve le réseau ferré (pas 1 km nouveau de ligne n'a été construit depuis l'indépendance, soit 20 ans) ainsi que la vétusté d'une partie du matériel roulant expliquent sans doute pour une bonne part l'accident."

Dans les années (19)90, le réseau ferroviaire algérien ne mesure que 3572 km, soit 30% de moins qu'en 1945 et à peine autant qu'au début du XXème siècle !